• M. Lecoq

Quels sont les avantages du toit monopente ?

Autrefois, le toit monopente est peu courant en France. Toutefois, en raison de ses multiples atouts, il commence à séduire les adeptes d’architecture contemporaine. Si ce type de couverture vous intéresse, découvrez à travers ce guide élaboré par ARToiture ses différents avantages. Vous allez également y trouver les matériaux de revêtement de toiture qui peuvent se marier avec cette nouvelle tendance.


Qu’est-ce qu’un toit monopente ?


Comme son nom l’indique, le toit monopente est un modèle de couverture qui possède un seul versant. Dans l’univers de l’immobilier, on le connait également sous d’autres désignations, dont le toit à long-pan, ou le toit en appentis. Idéal pour le revêtement des abris de jardin, ce modèle est aujourd’hui utilisé pour embellir le haut des maisons d’habitation. Il est aussi possible de l’installer pour les annexes, le prolongement ou l’agrandissement d’une pièce.


Le toit en cul levé peut être construit de manière indépendante ou accolé. Également appelé sheds, ce dernier style est souvent utilisé pour la couverture des locaux industriels ou collectifs. Dans ce cadre, la toiture succède les unes aux autres. La partie basse de la première pente se bute ainsi sur le pan vertical de l'abri suivant. Pour la version indépendante, la maison ne colle à aucun bâtiment et se dresse uniquement grâce à ses murs. On retrouve souvent ce modèle pour les maisons d’habitations.


Pour le modèle de toit à long-pan accolé, il faut installer des liaisons entre chaque intersection pour assurer une étanchéité parfaite. Cette pratique pourrait aussi prévenir toutes formes de fuite avec le mur soutenant la prochaine toiture. Pour ce faire, l’idéal serait d’utiliser une bande de solins et une garniture métallique. Dans le cas d’un toit en appentis, l’étanchéité est assurée par des rives de têtes conçues avec de faîtières en terre cuite. Ces garnitures permettent d’évacuer les eaux de pluie sans encombrement. Sur le bas de la pente, il faut fixer une gouttière afin de conduire les eaux et protéger le fondement de la maison.


Ce modèle de couverture se différencie du toit-terrasse ou du toit plat sur le plan technique, bien que les 3 affichent tous un seul versant. Le toit monopente doit s’incliner à un angle supérieur à 15 °. Il doit s’appuyer sur une charpente à ossature en bois ou en acier. Il faut également intégrer pendant sa réalisation un écran sous-toiture et des matériaux d’isolation. Pour l’évacuation des eaux pluviales, on installe les canaux et les tuyaux sur le côté le moins élevé de la pente. Les experts peuvent dans ce cadre utiliser un système d’évacuation de type gouttière et chéneau.



Quels sont les avantages et les inconvénients d’un toit monopente ?


Découvrez maintenant les points forts et les points faible du toit monopente :


Les avantages d’un toit monopente


Le monopente est moins cher


L’installation d’un toit monopente est une construction à la fois simple et économique. Elle ne nécessite aucune technique difficile et n’impose pas de contraintes particulières. Sa mise en place coute en effet moins cher que les autres modèles. Elle n’engage pas un budget colossal puisqu’elle n’a pas besoin de beaucoup de matériaux. Par rapport à celle d’une charpente traditionnelle, sa structure porteuse utilise un nombre limité de faitages, de pannes et de chevrons. Les travaux ne prennent pas beaucoup de temps et les mains-d’œuvre sont de ce fait moins couteuses.


Adapté aux conditions climatiques des montagnes


Le toit à long-pan convient en général pour les régions en montagne souvent exposées aux rudes conditions de l’hiver et de l’été. Son angle d’inclinaison supérieure à 15 ° permet en effet d’évacuer facilement la neige ou la pluie. Grâce à cette construction, vous n’avez pas besoin de faire beaucoup d’effort pour enlever l’accumulation de neige au-dessus de votre maison. Les amas de glace se glissent facilement au moindre coup.


Gain de volume, d’espace et de luminosité


À l’intérieur, les maisons avec un toit en cul levé profitent de plus d’espace et donnent du volume. Ce modèle permet d’installer une mezzanine ou d’adopter un plafond beaucoup plus haut. Il apporte également de la luminosité puisque vous pouvez l’associer facilement avec des baies vitrées ou des fenêtres plus larges. Grâce à son seul versant, vous n’aurez pas les effets d’une toiture à double pan.


Le toit monopente est esthétique


L’adoption de ce type de toit assure aussi un gain d’esthétisme. Effectivement, le toit monopente apporte une touche de modernité et d’originalité à l’architecture d’un bâtiment, quel que soit son usage. Pour le paysage français qui ne connait pas beaucoup ce style, une maison à toit monopente se présente comme une curiosité architecturale. C’est plus facile ainsi d’adopter avec ce modèle de comble un décor à la fois chic et épuré.





Quelques inconvénients à connaitre


Le toit d’appentis a certes de nombreux atouts, mais il présente aussi quelques petits bémols. Le côté esthétique se fait ressentir uniquement pour les maisons à petites surfaces. Lorsqu’il s’agit d’un grand bâtiment, on perçoit au premier coup d’œil une sensation de monotonie. L’architecture peut dans ce cas devenir très vie trop banale et sans intérêt.

En outre, le toit monopente est soumis à des règlements très stricts. Il doit respecter les conditions imposées par les régions qui se soucient de leur patrimoine architectural. Avec des matières de basse qualité, l’étanchéité des toits accolés est plus difficile à assurer. Les intersections risquent à tout moment de s’effondrer, surtout en cas de fortes pluies.


Les toitures monopente en tuile


En France, la tuile peut vivre encore son beau jour puisque jusqu’à présent elle reste le matériau le plus utilisé. On trouve presque toutes les variétés de couleur et de forme. Si autrefois, les toitures monopente y soient moins nombreuses, elles deviennent aujourd’hui de plus en plus appréciées grâce au modèle conçu avec de la tuile. La présence de cette dernière sur un toit à long-pan apporte à l’architecture de la maison un style à la fois traditionnel et contemporain.


Par rapport aux autres types de matériau de couverture, la tuile parait plus résistante. Sa surface résiste bien aux caprices du climat et reste intacte face au vent, au gel, à la neige ou au soleil. Grâce à sa robustesse, elle ne craint pas les grosses averses. La capacité thermique des tuiles est sans précédente puisqu’elle peut résister à une forte température. On trouve toutes ces qualités chez une toiture monopente. Avec un seul versant, une seule surface est exposée à toutes les conditions climatiques.


La tuile est un matériau très facile à installer. Sur un toit en appentis, sa mise en place ne nécessite pas un savoir-faire particulier. Si les charpentes et les autres installations sont déjà mises en place, l’assemblage des tuiles n’est plus qu’un jeu de carte. En suivant un tutoriel, tout le monde peut la réaliser. Il suffit de les embouter les unes contre les autres et il n’est pas nécessaire d’appliquer de colles ou de fixations.


De manière générale, presque tous les types de tuile peuvent arborer la couverture d’un toit monopente. Il est possible dans ce cas d’utiliser les tuiles en terre cuite qui est fabriquée avec le mélange de l’argile et du sable. La tuile céramique est également un bon candidat grâce à sa porosité et à sa surface recouverte d’une fine couche d’émail. Mélangeant le sable et le ciment, les tuiles en béton sont le matériau le moins cher à cause de son mode de production très industrialisé.


La toiture monopente en tuile est un aménagement très lourd en raison de la robustesse de ce matériau. Cela sous-entend que la charpente doit être adaptée au niveau du poids des tuiles. Il faudra alors utiliser des piliers très résistants pour assurer la stabilité du bâti. Les toitures monopente en zinc, avec une toiture monopente, le zinc réserve un avantage important grâce à sa grande résistance. Cette qualité est très utile pour assurer sa fonction contre les intempéries et les vents forts. En effet, ce matériau est obtenu à partir d’un procédé électrolytique associant le cuivre et le titane. Ce mélange permet d’obtenir une durabilité dans le temps qui peut s’étendre jusqu’à plus de 100 ans.


Contraire aux idées reçues, le toit monopente en zinc n’est pas si bruyant à ce qu’il paraît. En utilisant une bonne isolation, vous n’entendez pas les bruits des vents, de la pluie ou du grêle. Pour ce faire, il faut simplement choisir un isolant de 240 mm. Entre chaque charpente et la couverture, il convient aussi de mettre un film acoustique. Ce procédé permet d’obtenir une isolation sonore maximale.



Pour renforcer l’isolation thermique d’un toit monopente en zinc face à la chaleur et à l’hiver, l’idéal serait de mettre en place une technique correcte conforme à la capacité de l’isolant. Si le charpentier réalise son intervention dans le respect de la règle de l’art, le zinc pourrait s’aligner au même rang que l’ardoise et la tuile.

Pour un toit monopente, la matière de couverture importe beaucoup puisqu’il est plus facile de remarquer l’usure avec son seul versant. Le zinc est le meilleur candidat pour assurer cette mission grâce à sa grande stabilité dans le temps. En effet, la couleur de ce matériau résiste bien à la rouille et aux caprices du climat. Dans ce cadre, on enregistre toutefois une petite nuance entre les différentes catégories. Le zinc en quartz gris se révèle être moins résistant dans le temps par rapport au zinc anthracite.


L’entretien d’un toit monopente en zinc est moins laborieux en comparaison avec d’autres matériaux. Grâce à sa pente supérieure à 15 °, la mousse s’installe plus difficilement sur le zinc. Pour le nettoyer, vous n’avez pas besoin de réaliser une manœuvre particulière. Si vous voulez toutefois raviver son éclat, vous pouvez rincer sa surface avec un mélange de bicarbonate de soude et de l’eau. À la fin de l’entretien, il faut utiliser un chiffon ou une serviette imbibée de vinaigre blanc.




15 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout